Développement durable

Partant du principe, qu’un véhicule qui ne pollue pas est un véhicule qui n’a pas à être  produit, la restauration d’un cyclomoteur construit dans les années 60, 70, 80 répond tout à fait à cette définition

La conception même de la mobylette repose sur les piliers du développement durable : un petit engin fiable, solide,  peu gourmand en carburant (2 litres aux 100km ) mais surtout réparable facilement et quasiment à l’infini.

De nos jours, on nous incite à faire réparer notre machine à laver, à réparer notre véhicule avec des éléments d’occasion. Bien avant ces idéaux qui reviennent à la mode, nos anciens agissaient ainsi.

On peut établir le coût de restauration d’une mobylette (achat de l’épave compris), aux alentours de 1000 / 1500 euros.

Mais soyons tout de même objectif, comme toute activité humaine, rouler en mobylette rejette du CO2. C’est pourquoi j’ai décidé de neutraliser notre empreinte Carbone, pour cela il faut commencer par évaluer la quantité de CO2 émise.

Une mobylette produit 6.12kg de CO2 pour une sortie de 30km  soit 22.5% de moins qu’une voiture . (source : https://www.reforestaction.com/ )

mob attitude - seul

En fin d’année , j’évaluerai les kilomètres parcourus , et je les convertirai en plantation d’arbres

auprès de “reforestaction” qui propose de soutenir de projet de replantation en France .

Bien sur , l’émission est immédiate alors que l’arbre mettra des années à pousser et à devenir un puits de carbone, la compensation de l’empreinte carbone vient donc compléter des efforts de limitation de la production de carbone.